Une histoire hors du commun – Four part (Délivrance – Conversion – Appel)

Cabane naissanceDans cette quatrième partie, frère Branham sent ses forces s’en aller, malgré le fait qu’il n’est jamais fumé au bus de l’alcool il n’était pas près à rencontrer le Seigneur.
Écoutons notre frère :

Oh, je voulais avoir quelqu’un qui connaissait Dieu auprès de moi. Je croyais à la prière mais je n’arrivais pas à prier. Alors le pasteur de la Première Église Baptiste m’a accompagné à la salle d’opération.
Quand ils m’ont transporté de la table à mon lit, je sentais mes forces qui faiblissaient de plus en plus. Mon coeur battait à peine. Je sentais la mort qui me guettait. Mon souffle devenait de plus en plus court. Je savais que j’étais arrivé au bout de ma route. Oh, mon ami, attendez un peu d’en arriver là une fois, alors vous penserez à beaucoup de choses que vous avez faites. Je savais que je n’avais jamais fumé, ni bu, ni eu des habitudes impures, mais je savais que je n’étais pas prêt à rencontrer mon Dieu.
Mon ami, si vous n’êtes qu’un membre d’église froid et formaliste, vous saurez, quand vous arriverez à la fin, que vous n’êtes pas prêt. Alors, si c’est tout ce que vous savez au sujet de mon Dieu, je vous demande de vous agenouiller en ce moment même, et de demander à Jésus de vous donner cette expérience de la nouvelle Naissance dont Il a parlé à Nicodème dans Jean, chapitre 3. Et, oh, les cloches de la joie carillonneront! Gloire à Son Nom!
Il faisait de plus en plus noir dans la chambre d’hôpital, c’était comme dans une forêt dense. Je pouvais entendre le vent qui soufflait dans les feuilles, mais il était comme très loin dans la forêt. Vous avez probablement déjà entendu une bouffée de vent, quand elle s’approche de plus en plus en soufflant dans les feuilles.
Je me suis dit : “Eh bien, c’est la mort qui vient me chercher.” Oh! mon âme allait rencontrer Dieu, j’essayais de prier mais je n’y arrivais pas.

Le vent s’approchait, avec un mugissement grandissant. Le bruissement des feuilles – puis, tout d’un coup, j’étais parti.
C’était comme si j’étais redevenu un petit garçon, pieds nus, j’étais là, dans l’allée, sous ce même arbre. J’ai entendu cette même voix qui avait dit : “Ne bois et ne fume jamais.” Et les feuilles que j’entendais, c’étaient les mêmes que celles qui bruissaient dans l’arbre ce jour-là.
Mais cette fois, la voix disait : “Je t’ai appelé et tu as refusé d’obéir.” Elle l’a dit à trois reprises.
Alors j’ai dit : “Seigneur, si c’est Toi, permets que je retourne sur terre, et je prêcherai Ton Évangile sur les toits et au coin des rues. J’en parlerai à tous!

Quelle confession? Combien de fois avons-nous fait des promesses au Seigneur et plusieurs fois nous les avons brisé l’une après l’autre. Toutefois lorsque nos promesses sont tenues, alors le Seigneur traitera d’une manière surnaturelle avec nous. Souvenons-nous, le Seigneur cherche des hommes et des femmes afin de poursuivre l’oeuvre de la Croix. Écoutons le prophète:

Quand la vision a disparu, j’ai constaté que je ne m’étais jamais mieux senti. Mon chirurgien était encore dans l’établissement. Il est venu, m’a regardé, il était surpris. Il m’a regardé comme s’il s’était attendu à me trouver mort, ensuite il a dit : “Je ne suis pas un homme qui va beaucoup à l’église, ma clientèle est trop nombreuse pour ça, mais je sais que Dieu a visité ce garçon.” Pourquoi il a dit cela, je ne sais pas. Personne n’avait dit un mot là-dessus. Si j’avais su à l’époque ce que je sais maintenant, je me serais levé du lit en poussant des cris de louange à Son Nom.
Au bout de quelques jours, on m’a permis de rentrer à la maison, mais j’étais encore malade, et j’étais obligé de porter des lunettes, parce que je souffrais d’astigmatisme. Ma tête tremblait quand je fixais quelque chose pendant un instant.
Je me suis mis en quête de trouver Dieu. J’allais d’église en église, je cherchais un endroit où il y aurait un appel à l’autel à l’ancienne mode

Qu’il est rare et alors très rare de trouver un autel ou de voir des prédicateurs faire un appel à l’autel. Pour certains c’est de l’histoire ancienne, pour d’autre l’église est devenu une salle de spectacle, où l’on saute, marche et piétine le banc de pénitence.

. Ce qui est triste, c’est que je n’ai pu en trouver aucun. Je disais que si jamais je devenais un Chrétien, j’en serais un vrai. Un prédicateur qui m’avait entendu faire cette remarque, m’a dit : “Allons, Billy, mon garçon, voilà que tu sombres dans le fanatisme.” J’ai dit que si jamais je me convertissais, je voulais sentir le changement quand il se produirait, exactement comme les disciples l’avaient senti.

Oh, gloire à Son Nom. Je me suis converti quelque temps plus tard, et je le suis toujours, et, avec Son aide, je le serai toujours.
Un soir, j’avais tellement faim de Dieu et d’une expérience réelle que je suis allé dans le vieux hangar derrière la maison, et j’ai essayé de prier. À l’époque je ne savais pas comment prier, alors je me suis simplement mis à Lui parler comme j’aurais parlé à n’importe qui d’autre. Tout à coup une lumière est entrée dans le hangar, elle a formé une croix, et la voix qui est sortie de cette croix m’a parlé dans une langue que je ne comprenais pas. Ensuite elle a disparu. J’étais fasciné. Quand j’ai repris mes sens, j’ai prié : “Seigneur, si c’est Toi, je T’en prie, reviens me parler.” Depuis que j’étais rentré de l’hôpital, je lisais ma Bible, et j’avais lu dans Jean 4 : “Bien-aimés, n’ajoutez pas foi à tout esprit, mais éprouvez-les, pour savoir s’ils sont de Dieu.”
Je savais qu’un esprit m’était apparu et, pendant que je priais, il est réapparu. Alors, c’était comme si mon âme avait été déchargée d’un poids de mille livres [quatre cent cinquante kilos]. D’un bond je me suis levé et j’ai couru vers la maison; j’avais l’impression que je courais sans toucher terre.
Maman m’a demandé : “Bill, qu’est-ce qui t’est arrivé?” J’ai répondu : “Je ne sais pas, mais en tout cas, je me sens vraiment léger.” Je ne pouvais pas rester dans la maison plus longtemps. Il fallait que je sorte courir.
À ce moment-là je savais que si Dieu voulait que je prêche, Il me guérirait, alors je suis allé à une église où on croyait à l’onction d’huile, et j’ai été guéri instantanément. Alors j’ai vu que les disciples possédaient quelque chose que la plupart des prédicateurs ne possèdent pas aujourd’hui. Les disciples étaient baptisés du Saint-Esprit, et c’est pour ça qu’ils pouvaient guérir les malades et accomplir de grands miracles en Son Nom. J’ai donc commencé à prier pour recevoir le baptême du Saint-Esprit, et je l’ai reçu.

Oh là là, quelle formidable expérience! Mes bien aimés, chacun de nous doit avoir une expérience avec le Seigneur. Le Seigneur est non seulement «Sauveur», mais aussi «Guérisseur, Rédempteur, …». Il est capable de te redonner tes yeux, ton ouïe, ton odorat, recrée une cellule détruite par un démon de maladie. Le Seigneur Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui et pour toujours. Il vit!!

Votre frère en Lui,
Frère Aimé

Ce contenu a été publié dans Appel, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Une histoire hors du commun – Four part (Délivrance – Conversion – Appel)

  1. La Patience dit :

    Amen! C´est la pure vérité, remplis-moi Seigneur tous les jours d´un nouveau remplissage de ton esprit. Que Dieu vous bénisse et vous encourage.

  2. admin dit :

    Merci bien aimée pour ces encouragement, nous en avons besoin. Et sans le secours du Père ne pourrons rien, merci de penser à nous dans vos prières.
    Que Dieu vous bénisse

    Fr. Love

  3. Clara dit :

    Vraiment un site à ne pas manquer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>